navigation

Pour une Gauche moderne 15 mai, 2007

Posté par omnancy dans : Non classé , trackback

sanstitre6.jpg

Olivier MERGAUX, Conseiller Municipal et Communautaire de Nancy

Pour toute question personnelle veuillez m’adresser un mail à : omnancy@hotmail.fr

 

 

Commentaires»

  1. Je vous soumets ce questionnaire, établi par le collectif nancéien contre la guerre et pour une paix juste et durable au Proche et Moyen Orient.
    Meilleurs sentiments
    François MUNIER
    A ce titre, je me permets de m’adresser à vous. En tant que citoyen de votre circonscription, j’affirme mon attachement aux valeurs de justice et de paix, fondatrices du droit international.
    Depuis 1948, le peuple palestinien vit privé de ses droits fondamentaux, et ceci au mépris de la légalité internationale.
    En cette période d’élections, je souhaite connaître votre position personnelle et savoir ce que vous avez fait, ou comptez faire si vous êtes élu sur un certain nombre de points
    l Les résolutions adoptées par les Nations Unies (notamment la 194, la 242 et la 338) prévoient le droit à un Etat palestinien aux côtés d’Israël, le retrait des troupes d’occupation et le droit au retour des réfugiés. Aucune de ces résolutions n’a jamais été appliquée. Comment comptez vous agir pour faire évoluer sur ce point la politique étrangère de la France ?
    l En avril 2002, le Parlement européen se prononçait, en raison des atteintes portées par l’Etat d’Israël aux droits de l’homme dans les territoires occupés, pour des sanctions et demandait la suspension de l’accord d’association euro-israélien. L’Union Européenne n’a donné aucune suite à cette résolution. Quelle action comptez-vous développer à l’Assemblée Nationale pour que la France sanctionne les violations du Droit par l’Etat d’Israël?
    l Le 9 juillet 2004 la Cour Internationale de Justice de La Haye condamnait la construction dans le territoire palestinien du mur par l’Etat d’Israël et exigeait sa destruction. L’assemblée générale de l’ONU approuvait ce jugement le 20 juillet 2004 et appelait les Etats membres à agir pour faire appliquer cette décision. Le mur continue aujourd’hui de s’étendre, confisquant les terres palestiniennes les plus riches en eau. Que comptez-vous faire pour contrer la politique israélienne d’expropriation et d’annexion ?
    l Un mémorandum des diplomates européens en poste à Jérusalem et Ramallah daté du 21 novembre 2005 portant sur Jérusalem mettait en évidence la politique de judaïsation et d’exclusion des Palestiniens menée par l’Etat d’Israël dans la partie occupée de la ville (Jérusalem-Est). Le 12 décembre 2005, les 25 ministres des Affaires étrangères de l’UE et Monsieur Javier Solana, Haut Responsable de la Politique Etrangère et de la Sécurité Commune, choisissaient de ne pas rendre public ce rapport. Quelle est votre position sur la situation de la ville de Jérusalem-Est ? Quelles initiatives comptez-vous prendre pour empêcher l’annexion illégale de Jérusalem et l’éviction de ses habitants palestiniens ?
    l Les entreprises françaises Alstom et Connex (Véolia) sont engagées dans un projet de construction et d’exploitation de tramway reliant Jérusalem-Ouest à des colonies israéliennes construites illégalement à l’est de la ville en territoire palestinien occupé. Ce qui entraîne de nouvelles expropriations de terrains appartenant à des citoyens palestiniens de Jérusalem. Ces entreprises portent ainsi assistance à une violation de l’article 49 de la 4ème Convention de Genève. La France se doit de les en empêcher sous peine de se rendre complice de cette violation. Quelle doit être selon vous la position du gouvernement français à cet égard ?
    l A la suite des élections législatives palestiniennes de janvier 2006, dont elle avait constaté la transparence, l’Union Européenne a lourdement sanctionné les Palestiniens en boycottant le nouveau gouvernement et cessant toutes ses aides directes. Les Palestiniens se sont depuis doté d’un gouvernement d’Union nationale sans que le blocus soit levé. Que comptez-vous faire pour y mettre un terme et reprendre les aides à la démocratie palestinienne ?
    Dans l’attente de connaître votre opinion et vos engagements sur ce sujet, je tiens à vous dire que, comme la majorité de nos concitoyens, je considère que le peuple palestinien doit pouvoir disposer d’un Etat de plein droit, aux côtés d’Israël, et que les deux pays doivent voir reconnu leur droit à la sécurité.
    Le fait qu’après près de soixante ans le droit international ne soit toujours pas respecté dans cette région du monde traduit un profond mépris, de la part des « décideurs », à l’égard de l’opinion majoritaire des peuples qu’ils représentent. C’est d’un véritable déni de démocratie qu’il s’agit. Le respect de la légalité et de la démocratie ne saurait souffrir de lectures variables selon les circonstances et les peuples concernés.
    Je vous prie, Madame, Monsieur, d’agréer l’expression de mes sentiments distingués.

  2. Bonsoir,
    voilà ma réponse à votre questionnaire.

    Le problème des relations israélo-palestiniennes est un dossier complexe qu’il convient d’envisager d’une manière non partisane afin de ne pas accentuer la violence.
    Nous avons un principe politique général auquel nous faisons référence : chaque peuple a le droit de disposer de lui-même et de vivre en paix. Ce principe fait référence au fondement de notre droit républicain qui pose que chaque individu doit pouvoir se développer harmonieusement et pour cela a le droit de vivre en paix (principe du droit naturel, fondement du droit).
    Tout comme nous voulons pour notre pays une république qui respecte chaque citoyen, nous voulons des relations inter-étatiques fondées sur le respect mutuel de chaque partenaire. Ce respect mutuel est la condition de la paix internationale. C’est en ce sens que nous voulons oeuvrer, en incitant les belligérants au dialogue et à la négociation. Pour cela nous devons faire en sorte que le droit internationaux soient dotés de davantage de pouvoirs.

    Pour répondre plus directement à votre questionnaire, je vous dirai que je ne peux que condamner l’Etat d’Israël quand celui-ci ne respecte pas les accords qu’il a signé et les conventions internationales; de la même manière je ne peux pas soutenir un état palestinien qui a pour finalité la destruction de l’Etat d’Israël.

    En résumé: nous voulons promouvoir le dialogue et la négociation permanente. Nous pensons que les problèmes ne peuvent être résolus que par les peuples eux-mêmes et qu’aucune solution imposée ne peut garantir une paix durable ni permettre le respect mutuel.

    Meilleures salutations,
    O.Mergaux

Laisser un commentaire

politique et droit |
segoousarko |
LE JOURNAL DU PEUPLE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Michel Hecquet-Conseiller R...
| Jeunes pour la FRANCE OISE ...
| L'Observatoire Repulicain F...